ZélieChristelle Vallat, ill. Stéphanie Augusseau

Tous les dimanches, Zélie se poste dehors sur son petit tabouret alors qu'une file de gens l'attendent déjà. Car « Zélie écoute. Elle écoute les petits malheurs, les gros soucis, tout ce qu'on a à lui dire. Les gens se sont soulagés de leurs peines ; ils repartent plus légers. En échange, ils offrent un petit pois à Zélie.» Mais un petit garçon, Jules, qui attendait son tour s'aperçoit qu'il a perdu son petit pois, fait demi-tour, et ravale son chagrin. De tous ces petits pois enfin légers et colorés, Zélie éclaire les places et les jardins, les devantures, et les esprits, les semant à tout vent. Trouvant le petit pois de l'enfant sur son chemin, « C'est un chagrin d'enfant ! Je les reconnaîtrais entre mille ! », Zélie propose à Jule de le planter; le temps nécessaire à la germination et à la floraison sera celui du partage, de la douceur et de la consolation.

 Alice Jeunesse (Histoires comme ça) 2012