Les lettres de l'ourseGauthier David, Marie Caudry

Une ourse écrit des lettres à son oiseau migrateur parti pour les pays chauds. Elle s'ennuie de lui et décide de le rejoindre, encouragée par tous leurs amis. Il lui faut traverser une sombre et effrayante forêt. Elle lui écrit sa peur. Du sommet d'un volcan elle partage ses questionnements sur l'étrangeté du monde. Perdue au cœur d'un champ de bataille un hibou lui indiquera une échappée. Plus loin, grâce à l'hospitalité d'un chat sympathique, elle reprend des forces. Invitée à une fête costumée elle se confectionnera un masque de martin-pêcheur « c'est un peu comme si tu étais là. » Elle porte attention à chacun. « J'aimerais tant partager ce que je vis avec toi. » Elle poursuit son voyage en compagnie d'une ourse des Pyrénées qu'elle quitte à regrets, mais portée par l'imminence des retrouvailles. Elle traverse un désert aride, puis la mer sur un tronc d'arbre. « Je suis heureuse, si heureuse. Demain, je serai dans tes bras. » Mais arrivée enfin au terme de son voyage, son oiseau n'est pas là. Elle apprend qu'il a fait exactement le chemin inverse car lui non plus ne voulait pas être séparé d'elle par l'hiver. Elle découvre alors avec émotion son île à lui si différente de sa tanière à elle, espérant qu'il sera aussi bien reçu par ses amis qu'elle l'est par les siens. Ceux-ci décident de l'aider et construisent un nid pour la transporter à tire d'aile. Elle rêve qu'elle est un oiseau à ses côtés. Ce chemin dans les airs lui permettra d'accéder à sa vision du voyage. « Je suis heureuse d'avoir vécu toutes ces aventures, elles m'ont rapprochées de toi. » Chacun a expérimenté l'environnement de l'autre. « Maintenant, nous nous comprendrons quand nous parlerons de l'hiver. » « Je t'aime mon oiseau. Ton Ourse. » Les retrouvailles sont si éloquentes qu'elles se passent de commentaires. Un album épistolaire d'une bouleversante délicatesse qui dit la différence et la distance mais aussi le chemin vers l'autre, l'élaboration du lien, le dit de l'amour puissamment poétique. Les illustrations offrent une narration propre où des figures symboliques transparaissent sensiblement, insufflant une dimension épique aux paysages et aux rencontres. Tendre passionnément vers l'aimé, c'est aussi accueillir chaque chose le cœur ouvert, perméable à la beauté des autres, de tous les autres. Fort et doux.

Autrement 2012